Actualités

Les cadres parisiens ont des envies d’ailleurs

14/09/2017 - En septembre, il n’y a pas que les écoliers qui font leur rentrée. Les salariés, après les traditionnels congés d’été, reprennent le chemin du bureau. Mais le retour au boulot des cadres parisiens, après cette période réparatrice, s’accompagne d’envies d’ailleurs. C’est ce qui ressort d’une récente étude de Cadremploi, qui révèle le blues des travailleurs parisiens. Au cœur de leurs préoccupations, l’équilibre vie privée / vie professionnelle, difficilement compatible avec un emploi dans la capitale.

Le trajet, ennemi public n°1

Avec plus d’une heure de trajet pour aller au travail pour 7 cadres sur 10, le temps de transport est la principale source d’insatisfaction, de stress et de fatigue (pour 68% des répondants). Le coût de la vie (55%) suivi des problèmes de logement (53%) sont également deux facteurs de lassitude. Pour améliorer leur bien-être au travail, les travailleurs franciliens seraient prêts à tout quitter pour s’installer en province. Principaux eldorados cités : Bordeaux, Nantes, Lyon, Toulouse et Montpellier. Si les cadres reconnaissent à la capitale une accessibilité rapide à tous les services (53%), la possibilité d’y exercer un travail intéressant (49%) et une vie culturelle riche (49%), plus de la moitié d’entres eux ne sont pas satisfaits de leur vie actuelle (55%).

Le salaire, un point de négociation ?

La rémunération pourrait-elle alors être le moyen de retenir les talents ? Pas franchement selon les résultats de l’étude de Cadremploi, puisque 56% des personnes interrogées seraient prêtes à accepter une baisse de salaire en échange d’une meilleure qualité de vie . La météo n’est donc pas vraiment au beau fixe pour les cadres parisiens.

Les DRH et C&B doivent aujourd’hui faire preuve de créativité s’ils veulent retenir leurs talents. Rémunération, avantages sociaux, épargne salariale,… autant de leviers à actionner pour fidéliser ses cadres et augmenter l’attractivité de l’entreprise.